lundi 19 juin 2017

Les journées européennes de l'archéologie à Rennes

Les fouilles du Parc des Tanneurs à Rennes (35)


En Septembre 2016 les archéologues de l'INRAP avaient accueilli les visiteurs sur le site de l'Hôtel Dieu. Le quartier nord antique de Rennes avait été mis au jour, avec rues et domus, puis cimetière du IVème au VIIème siècle (voir l'article de septembre 2016). Pour mémoire, voici une photo du site d'alors.


Le cimetière sur le site de la domus.

Ainsi va la vie des fouilles de sauvegarde : le terrain doit être rendu au propriétaire. Depuis novembre, les travaux ont repris, un immeuble de luxe est sorti de terre à l'emplacement des magasins et de la rue, la terre du cimetière et la domus nord ont été rasés, égalisés. 


Plus de cimetière

Les magasins et la chaussée de galets, à droite.
Le parking souterrain et l'immeuble qui vont remplacer les vestiges.


Les fouilles se poursuivent plus au nord, de l'autre côté de la rue Saint-Martin, à quelques dizaines de mètres. Sur le plan (fourni par l'INRAP) la ville de Rennes antique est représentée avec l'extension au nord : le parc municipal des Tanneurs (clic droit, ouverture nouvel onglet, agrandissement).


Cette fouille est importante : les limites de Condate, l'ancienne Rennes, sont ainsi repoussées et l'on peut supposer que le parc tout entier devait être urbanisé avant le IVème siècle ; en outre, deux nouvelles voies de circulation ont été découvertes. Il s'agirait donc d'un ilôt d'habitation dont on ne connaît pas exactement la superficie. Une domus y était construite, suffisamment importante pour qu'un hypocauste ait été installé, un étage construit. Au sud du bâtiment une autre construction a été révélée, avec cave et cage d'escalier, mais sa fonction précise (maison, magasin, entrepôt ?) n'est pas encore établie.


Plan de la domus du Parc des Tanneurs

Le praefurnium, à l'entrée de l'hypocauste. 
Un cimetière a aussi remplacé l'ilôt d'habitation, comme de l'autre côté de la rue. Aux 500 corps trouvés, archivés et bientôt étudiés, il faudra ajouter ceux (combien ?) qui seront découverts ici.


Corps inhumés entre le IVème et le VIIème siècle.


Pour l'instant neuf tombes et quatre sarcophages en plomb ont été retrouvés sur le site du Parc des Tanneurs, témoins de la christianisation des populations locales : l'inhumation est en effet révélatrice de l'évolution des pratiques funéraires à cette époque.